L’optimisme, une question de regard sur la vie

LE BLOG OPTIMISME PSYCHOLOGIE POSITIVE

L’optimisme, une question de regard sur la vie

 

Le gène de l’optimisme n’a pas encore été découvert, mais qu’à cela ne tienne, on sait désormais que cette aptitude peut se travailler ! En trouvant inspiration notamment dans la psychologie positive. Une chance pour notre moral, notre santé et notre qualité de vie !

 

Optimiste ou pessimiste ?

On sait désormais que l’optimisme est un savoir-être déterminant pour un commercial, un entrepreneur, mais également pour tout un chacun voulant mener une vie accomplie. Cela a été théorisé par le professeur Martin Seligman, notamment dans son livre passionnant, intitulé : « la force de l’optimisme ».

Ce spécialiste de la dépression, de l’optimisme et de la psychologie positive, démontre avec force étude et un redoutable questionnaire que nos modes d’explication d’une situation (optimiste ou pessimiste ?) impactent directement nos vies et notamment, notre capacité à rebondir ou faire face à l’adversité.

Statistiquement l’optimiste a une meilleure qualité de vie, une meilleure santé (rempart contre la dépression) et une plus grande réussite personnelle et professionnelle que son opposé le pessimiste.

Il perçoit les évènements négatifs de manière spécifique, transitoire et ne se sent responsable que de ses réussites.

A contrario, le pessimiste généralise ses expériences négatives, les inscrit dans la durée avec des verbatims révélateurs de son niveau de découragement (« toujours, jamais ») et intériorise.

Bref, il a tendance à se sentir responsable de tout ce qui lui arrive de désagréable, sauf peut-être de ses réussites (impuissance acquise et tendance à la dépression obligent).

 

L’optimisme d’après Philippe Gabilliet

Philippe Gabilliet qui est Professeur de Psychologie et de Management à ESCP Europe (Paris), nous explique ce qu’est pour lui un optimiste dans le dîner happy Culture du 28 mai 2013 à la Fabrique Spinoza

Le cliché de l’optimisme béat et naïf perdure. Toutefois depuis 1850, les psychologues cliniciens ont un point de vue différent. La définition d’optimiste, est inscrite dans le mot : il s’agit de quelqu’un qui optimise ce qui lui arrive. Il aborde les difficultés de la manière la plus positive possible. Quelque soit la difficulté des temps, un optimiste est habité par une hypothèse non négociable selon laquelle la vie, la paix, la démocratie, la santé, retrouvera son chemin.

Comment cela peut-il s’expliquer ? A quoi reconnaît-on vraiment que quelqu’un est optimiste ? Il existe pour cela des tests de psychologie clinique validés.

On peut relever trois caractéristiques des optimistes :

  • L’optimiste va saisir ce qui est le plus intéressant dans une situation ambiguë̈. C’est l’idée du verre à moitié vide ou à moitié plein, ou encore « Quand mes amis sont borgnes, je les regarde de profil » (Joseph Joubert). Dans la même veine il y a aussi « Un pessimiste est un homme qui pense que toutes les femmes sont des garces. Un optimiste est un homme qui espère qu’elles le sont. »
  • L’optimiste anticipe de manière positive : si les choses doivent bien tourner, elles tourneront bien. Oscar Wild disait « Le pessimiste est celui qui, entre deux maux, choisit les deux ! » Ainsi un optimiste peut être de mauvaise foi et dire que fin mai 2013, nous n’avons jamais été aussi prêt de la fin de la crise. C’est ce qui nous amène à la troisième caractéristique de l’optimiste :
  • L’optimiste fait preuve d’une croyance inattaquable dans la possibilité de s’en sortir, de mettre en œuvre des actions qui vont tout chambouler. Au contraire, le pessimiste anticipe le pire, doute du pouvoir de la volonté et de l’action : « tous pourris », « vous y croyez encore… », etc. Ce qui est dangereux est de tomber amoureux de son pessimisme. On devient alors un cynique, quelqu’un à qui on ne la fait pas. Dans cet état d’esprit, il est mécaniquement impossible de mobiliser un collectif. Un cynique ne peut pas déclencher collectivement un mouvement d’adhésion.

Christophe André, grand psychiatre, donne une définition qui résume ces trois points. Pour lui, l’optimiste est quelqu’un qui affirme sa confiance en toutes circonstance et croit en sa propre capacité à comprendre et agir.

 

Bonne nouvelle cependant, rien n’est définitif. De nombreux exercices nous apprennent aussi à le cultiver et relativiser sa portée. Possibilité donc d’adopter un optimisme lucide et un pessimisme productif et maîtrisé, idéal pour un processus d’amélioration continue de ses pratiques et fonctionnements.

Conclusion, soyons attentifs à ce que nous disons et comment nous le disons pour pouvoir nous influencer de manière constructive et positive.

 

Je vous rédige tout bientôt un article qui vous permettra d’évaluer votre optimisme mais également votre propension au pessimisme!

 

Cet article vous a-t-il plu?

Comme d’habitude, si vous avez aimé l’article, likez, commentez et partagez des personnes pouvant être intéressées! 🙂

JOIGNEZ MA NEWSLETTER
Joignez d'autres femmes géniales qui souhaitent créer plus de bonheur et de bien-être dans leur vie car VOUS LE MÉRITEZ ! Recevez les nouveautés et découvrez votre CADEAU: votre feuille de route vers une vie plus consciente et pleine de sens !
Je hais les spams. Votre adresse e-mail ne sera jamais cédée ou revendue.

Vous aimerez aussi

Créatrices du Bonheur

Créatrices du Bonheur

Je suis psychologue clinicienne et rédactrice de ce site web qui a pour vocation de rassembler une communauté de femmes souhaitant transformer leur vie en créant plus de bonheur et de santé pour elles-mêmes au quotidien ! Je vous souhaite de surfer sur la vague du bien-être!

Laisser un commentaire