Définition et naissance de la psychologie positive

LE BLOG PSYCHOLOGIE POSITIVE

Définition et naissance de la psychologie positive

La psychologie positive est un courant passionnant et en pleine expansion qui est l’un des plus actifs dans le monde actuel de la recherche scientifique en psychologie !

Définition de la psychologie positive

C’est une « réflexion scientifique sur le fonctionnement humain optimal » nous dit Tal Ben-Shahar

C’est une autre façon de réfléchir à l’amélioration du bien-être humain, en se concentrant sur l’étude de ce qui construit notre santé, et non plus seulement sur ce qui l’entrave. Christophe André dans la préface de L’apprentissage du bonheur, de Tal ben-Shahar

Finalement, voici une définition reconnue par la majorité des chercheurs exerçant dans ce domaine de recherche :

La Psychologie Positive est l’étude des conditions et processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions.
Shelly Gable et Jonathan Haidt

 

Le psychologue hongrois Mihaly Csikszentmihalyi et le psychologue américain Martin Seligman, ancien président de l’American Psychological Association (APA), sont les initiateurs de ce courant faisant suite au courant de la psychologie humaniste initiée dans les années 50 aux États-Unis par Abraham Maslow et Carl Rogers.
Dans son discours prononcé en 1999 lors de sa présidence de l’APA, Martin Seligman a rappelé que depuis sa création une centaine d’années plus tôt, la psychologie ne s’était concentrée que sur l’approche pathologique, négligeant les aspects dits « positifs » de l’être humain tels la créativité, l’espoir ou la persévérance. Comme il devait donner un thème à sa présidence, il a proposé que ce soit “LA PSYCHOLOGIE POSITIVE”, ce qui a sonné sa naissance officielle. Au fil des années, les définitions se succèdent et s’affinent.

 

Petit panorama permettant de découvrir l’évolution de la psychologie positive

 

1999 : 1ère définition de la psychologie positive
Par Ken Sheldon, Barbara Fredrickson, Kevin Rathunde, Mihaly Csikszentmihalyi et Jonathan Haidt, Manifeste Akumal, Janvier 1999 revu en Janvier 2000

La psychologie positive est l’étude scientifique du fonctionnement humain optimal. Elle tend à découvrir et promouvoir les facteurs favorisant l’épanouissement des individus et des communautés. Le mouvement de la psychologie positive représente une nouvelle démarche de la part des chercheurs en psychologie qui, dorénavant, se focalisent sur les sources de la bonne santé psychologique, en écartant l’attention trop portée sur la maladie et les troubles mentaux.

2002 : 1ère définition de Martin Seligman
Martin Seligman, La fabrique du bonheur – Vivre les bienfaits de la psychologie positive au quotidien, Interéditions, 2011
La psychologie positive repose sur trois piliers : l’étude des émotions positives, l’étude des traits de personnalité positifs, en particulier nos forces et nos vertus mais aussi nos aptitudes, et enfin l’étude des institutions positives.

2005 : 2ème définition de la psychologie positive
Par Shelly L. Gable & Jonathan Haidt, Review of General Psychology, 2005, Vol. 9, No. 2, 103
La psychologie positive représente l’étude des processus et conditions menant au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des organisations.

2005 : Définition de la “nouvelle” psychologie positive
Par Martin Seligman, Hunstman Hall, Octobre 2005, raconté in, Flourish: A Visionary New Understanding of Happiness and Well-being, Atria Books, 2011, trad : S’épanouir, Belfond, 2013, p 31
Désormais, la psychologie positive s’intéresse bien plus au bien-être, dont le critère d’évaluation est la vie épanouie.

 

A quoi la psychologie positive s’intéresse-t-elle ?

 

La psychologie positive s’intéresse donc au meilleur de l’être humain c’est-à-dire à la personne épanouie, à celle qui s’améliore, à celle qui franchit les difficultés et qui peut même trouver un bonheur plus grand. Mais comme vous l’avez remarqué, cette définition démontre explicitement que la psychologie positive ne se limite pas à l’étude du bonheur individuel. Elle démontre aussi une dimension collective et même sociétale.

 

La psychologie positive englobe trois dimensions :
  1. les expériences subjectives comme le bonheur et de manière plus globale le bien-être, la satisfaction ou l’optimisme ;
  2. les traits personnels positifs comme la gratitude, la sagesse, le courage, ou la curiosité ;
  3. et les institutions positives, celles qui favorisent la civilité et l’éthique au travail (Seligman et Csikszentmihalyi, 2000).

 

Pour tout cela, la psychologie positive nous enseigne des données nouvelles sur l’être humain, qui peuvent avoir des applications pratiques très concrètes.
La psychologie positive valide ou invalide des hypothèses de recherche à l’aide de protocoles scientifiques. Les méthodes utilisées sont variées : échelles d’auto-évaluation, expériences de laboratoire, méthode des jumeaux, études en coupe, études longitudinales, méta-analyses, etc.

 

Pour conclure, la psychologie positive se positionne comme une étude complémentaire de la psychologie traditionnelle, l’une et l’autre pouvant s’apporter, se compléter, se renforcer, tant de façon théorique que dans la pratique.

 

Comme toujours, merci de partager vos pensées, des histoires et des questions ci-dessous. Votre interaction crée une sagesse de vie dont nous pouvons tous bénéficier!

JOIGNEZ MA NEWSLETTER
Joignez d'autres femmes géniales qui souhaitent créer plus de bonheur et de bien-être dans leur vie car VOUS LE MÉRITEZ ! Recevez les nouveautés et découvrez votre CADEAU: votre feuille de route vers une vie plus consciente et pleine de sens !
Je hais les spams. Votre adresse e-mail ne sera jamais cédée ou revendue.

Vous aimerez aussi

Créatrices du Bonheur

Créatrices du Bonheur

Je suis psychologue clinicienne et rédactrice de ce site web qui a pour vocation de rassembler une communauté de femmes souhaitant transformer leur vie en créant plus de bonheur et de santé pour elles-mêmes au quotidien ! Je vous souhaite de surfer sur la vague du bien-être!

2 comments

  1. Hey !
    Intéressant comme article. Mais tout ce qui touche à la positivité, c’est dur à digérer. Difficile d’être positif la plupart du temps. Il faut travailler dessus! 🙂

    http://emiliaisa.blogspot.fr

    1. Hello! Oh oui Emilia, dans un pays réputé être si pessimiste, dur dur de regarder notre vie sous un angle plus joyeux, de s’imprégner de tout ce qui est bon pour nous, en laissant de côté les tracas du quotidien. C’est pourtant possible, bien heureusement!! Et c’est exactement ce que l’on veut d’apprendre ici 🙂 Allez on y croit et surtout on s’entraîne un peu chaque jour!!

Laisser un commentaire